mardi 9 février 2010

Du cadeau symbolique

Ma (plus si) petite soeur a eu vingt ans et une machine à coudre très désirée ... enfin un bon car l'objet tant attendu est, semble-t-il, encore coincé pour l'instant entre la Belgique et la Bretagne.
Pour tromper l'attente, j'ai pensé que quelques surprises seraient bienvenues.




 Porte-aiguilles hérissé d'aiguilles multicolores en liberty Ros et lin or vieilli moutardé improbable de chez Toto, boutons en nacre vintage et fil à broder vert acidulé DMC. 
(Modèle classique très bien expliqué ici)

Il était accompagné des accessoires indispensable à la couturière débutante, de quelques coupons assortis et d'un joli livre idéal pour celles qui rêvent de se jeter dans le grand bain couturesque sans savoir trop nager.



J'espère maintenant que ces (jolies) petites mains vont pouvoir bientôt se dégourdir...

3 commentaires:

Euriell a dit…

Mes mains hésitent encore, mais mes yeux caressent déjà avec bonheur les idées de confections et les si beaux tissus. Merci pour toutes ces choses.

Anaïs a dit…

Solenn,

C'est si beau et si doux.
Nous qui attendions tes photos de bonheur paisible pour éclairer notre quotidien, nous allons attendre tes petites missives.
Grâce à toi, la machine tant désirée a fait son entrée dans nos quelques m2 et a une place de choix.
Elle n'attend qu'un stage...
En tous cas, je vais suivre le premier conseil bibliographique et, surtout, commencer à mieux "choisir les matières"...
Tu n'imagines pas (enfin si...) le bonheur du tricot ces jours-ci.
La suite de tout ce "supplément de sens" est attendue avec impatience.
Je t'embrasse fort.
Ainsi que tes sources d'inspiration masculines.
Ana

Euriell a dit…

La voilà, douce et avenante, joyeuse et impatiente, se tenant enfin entre mes mains : ma machine à coudre !
Nous allons pouvoir commencer à nous apprivoiser l'une l'autre..

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...